Version courte  //

Version longue

 


à Paris, Kristo Numpuby est élevé à Eséka au Cameroun par sa grand-mère dans un univers musical où se mêlent jazz, blues, rythm’n’blues, afro-cubain, makossa et bien sûr assiko.

Le bac en poche il revient à Paris où il poursuit ses études et devient « fils de pub ». Étrangement, c'est là qu'il renoue avec la musique lors d’un enregistrement d’une campagne publicitaire. Dès lors, il décide de revenir à son amour de toujours.

Bassiste sideman dans un premier temps, il rencontre Stevie Wonder lors d’une tournée au Ghana. La star américaine lui suggère d’enregistrer ses propres compositions.

Vainqueur du concours « coups de pouce aux jeunes talents  96 » de la Fnac, il produit en 1997 son premier album ASSIKO CITY (Night & Day) qui rencontre de bonnes critiques de la presse musicale.

En 2001 son deuxième album AN SOL ME (Night & Day) fait de lui un invité régulier chez « Le fou du Roi », émission de Stéphane Berne sur France Inter. Puis arrive BRASSENS EN AFRIQUE (Nocturne 2007) l’album de reprises à la sauce africaine qui lui vaut un passage très remarqué au journal de 13 heures de France2 en novembre 2006.

Kristo est aussi sollicité par des cinéastes qui lui commandent des musiques. C'est alors qu'il compose Black+7 pour le documentaire éponyme. En 1997 Tonton pyjama et Hard love serviront pour le documentaire Woubi Chéri qui sera diffusé sur la chaine de télévision Arte.

ASSIKO LAND, son nouvel album, est un retour au source à la musique afro-folk de Kristo Numpuby avec une chanson hommage à « Aladin » le sorcier de la guitare, Jean Bikoko, le pape de l'assiko disparu à Eséka en 2010.

 


Zoom
<< >>

INSCRIPTION NEWSLETTER 

© 2004-2016

Contact - Mentions légales - Accès PRESSE - Plan du site

Biographie version courte